Quel impact environnemental pour le coton ?

Que l’on porte des chemises en coton ou que l’on dorme dans des draps en coton, il est possible aujourd’hui d’utiliser le coton de régulièrement dans toute sorte d’usage. Cependant, peu d’entre nous savent comment il pousse et quel est son impact sur l’environnement.

 

Où se cultive le coton ?

Le coton est une fibre végétale qui provient des cotonniers. Une fois récolté, il peut être lavé et filé pour obtenir le tissu que nous connaissons. En raison de son besoin de lumière solaire, d’eau en quantité suffisante et d’un hiver relativement sans gel, le coton est étonnamment cultivé dans des régions au climat variable comme l’Australie, l’Argentine, l’Afrique de l’Ouest et l’Ouzbékistan. Cependant, les plus grands producteurs de coton sont la Chine, l’Inde et les États-Unis. Deux pays / régions d’Asie ont la plus forte production de coton, principalement pour les marchés intérieurs, tandis que les États-Unis sont le plus grand exportateur de coton, avec environ 10 millions de balles exportées chaque année.

Aux États-Unis, la production de coton est concentrée dans une zone appelée « cotton belt », qui traverse un arc du bas Mississippi à travers les basses terres de l’Alabama, de la Géorgie, de la Caroline du Sud et de la Caroline du Nord. L’irrigation a donné naissance à davantage de terres arables à Panhandle, au Texas, dans le sud de l’Arizona et dans la vallée de San Joaquin en Californie.

 

Le coton est-il nuisible à l’environnement ? 

Connaître l’origine du coton n’est qu’une partie de l’histoire. Alors que les défis s’orientent vers une économie plus respectueuse de l’environnement, la question la plus importante est de connaître le coût environnemental de la culture du coton. 

 

Guerre chimique 

Au niveau mondial, la superficie des plantations de coton atteint les 35 millions d’hectares. Afin de lutter contre les divers parasites des plants de coton, les agriculteurs ont longtemps compté sur l’utilisation de grandes quantités de pesticides, ce qui a entraîné la pollution des eaux de surface et souterraines. Dans les pays en développement, la moitié des pesticides utilisés dans l’agriculture sont utilisés pour le coton.

Les récents progrès des technologies d’amélioration des plantations, notamment la capacité de modifier le matériel génétique du coton, le rendent toxique pour certains de ses parasites communs. Bien que cela réduise l’utilisation des pesticides, cela n’élimine pas la nécessité d’usage de ces derniers. Les travailleurs agricoles, en particulier ceux qui sont peu mécanisés, continuent d’être affectés par des produits chimiques nocifs.

La concurrence des mauvaises herbes est une autre menace pour la production de coton. En général, on utilise une combinaison de méthodes agricoles et d’herbicides pour détruire les mauvaises herbes. De nombreux agriculteurs ont adopté des graines de coton génétiquement modifiées, y compris un gène qui les protège de l’herbicide glyphosate (l’ingrédient actif dans la les prodits de Monsanto). De cette façon, l’herbicide peut être pulvérisé dans le champ lorsque la plante est jeune, ce qui permet d’éliminer facilement la concurrence des mauvaises herbes. Naturellement, le glyphosate existe en fin de compte dans l’environnement, et notre connaissance de son impact sur la santé des sols, la vie aquatique et la faune est loin d’être suffisante.

Un autre problème est l’apparition de mauvaises herbes résistantes au glyphosate. Ce problème est particulièrement important pour les agriculteurs qui souhaitent adopter des pratiques de semis direct, qui contribuent généralement à maintenir la structure du sol et à réduire l’érosion. Si la résistance au glyphosate ne permet pas de lutter efficacement contre les mauvaises herbes, il peut être nécessaire d’utiliser des méthodes agricoles qui endommagent le sol.

 

Engrais synthétique 

La culture conventionnelle du coton nécessite une grande quantité d’engrais synthétique. Malheureusement, cette application concentrée signifie que de nombreux engrais finissent par tomber dans les cours d’eau, devenant ainsi l’un des plus graves problèmes de pollution des nutriments dans le monde, bouleversant les communautés aquatiques et entraînant des zones de mort anoxiques et aquatiques. En outre, les engrais synthétiques produisent de grandes quantités de gaz à effet de serre lors de leur production et de leur utilisation.

 

Irrigation de masse 

Dans de nombreuses régions, les précipitations ne suffisent pas pour cultiver le coton. Il est cependant possible de combler ce déficit en irriguant les champs avec l’eau des puits ou des rivières proches. Quelle que soit leur origine, la quantité d’eau prélevée peut être si importante qu’elle réduit considérablement le débit des rivières et épuise les eaux souterraines. En Inde, les deux tiers de la production de coton sont irrigués avec des eaux souterraines, on peut donc imaginer des conséquences dévastatrices.

Aux États-Unis, les producteurs de coton occidentaux dépendent également de l’irrigation. On peut évidemment s’interroger sur la pertinence de cultiver des produits non alimentaires dans les zones arides de Californie et d’Arizona pendant la sécheresse pluriannuelle actuelle. À Panhandle, au Texas, les champs de coton sont irrigués en pompant l’eau de l’aquifère d’Ogallala. S’étendant sur huit États du Dakota du Sud au Texas, cette vaste mer souterraine ancienne est déversée dans l’agriculture, et son taux de drainage est plus rapide que son taux d’approvisionnement. Dans le nord-ouest du Texas, la nappe phréatique d’Ogallala a diminué de plus de 2 mètres entre 2004 et 2014.

En Ouzbékistan et au Turkménistan, le phénomène le plus évident est l’utilisation excessive de l’eau d’irrigation, la superficie de la mer d’Aral ayant diminué de 85%. Les moyens de subsistance, les habitats de la faune sauvage et les populations de poissons ont diminué. Pour aggraver les choses, les résidus secs de sel et de pesticides ont maintenant été emportés par le vent des anciens champs et des lits des lacs, ce qui a eu des conséquences négatives sur les 4 millions de personnes vivant le long du vent, avec des fausses couches et une augmentation des difformités.

Une autre conséquence négative de l’irrigation intensive est la salinisation des sols. Lorsque le champ est inondé à plusieurs reprises par l’eau d’irrigation, le sel se concentre près de la surface. Les plantes ne peuvent pas pousser sur ces sols, et l’agriculture doit être abandonnée. Les précédents champs de coton en Ouzbékistan ont connu ce problème.

 

Existe-t-il une alternative écologique à la culture du coton ? 

Pour cultiver le coton de manière plus écologique, la première étape doit être de réduire l’utilisation de pesticides nocifs. Cela peut être réalisé de différentes manières. Par exemple, la lutte intégrée contre les parasites et les maladies (IPM) est une méthode efficace de lutte contre les parasites qui peut réduire l’utilisation des pesticides. Selon le Fonds mondial pour la nature, l’utilisation de la lutte intégrée contre les parasites peut réduire de 60 à 80 % l’utilisation de pesticides par certains producteurs de coton en Inde. Le coton génétiquement modifié peut également contribuer à réduire l’utilisation des pesticides, mais il y a de nombreuses réserves

Cultiver le coton de manière durable signifie également cultiver le coton dans des zones où les précipitations sont suffisantes, ce qui permet d’éviter toute irrigation. Dans les régions où la demande d’irrigation est faible, l’irrigation au goutte-à-goutte peut permettre d’économiser beaucoup d’eau.

Enfin, l’agriculture biologique prend en compte tous les aspects de la production de coton, ce qui réduit l’impact sur l’environnement et améliore la santé des travailleurs agricoles et des communautés environnantes. Un programme de certification biologique reconnu peut aider les consommateurs à faire des choix éclairés et les protéger contre la pollution verte. Ces organismes de certification tiers sont des normes mondiales pour les textiles biologiques.

About The Author

Répondre