L’empreinte écologique de nos vêtements n’est pas neutre pour la planète : chaque étape de leur cycle de vie (culture de la matière première, confection, transports, entretien, fin de vie) soulève des enjeux environnementaux, sociaux et sanitaires considérables. Parmi les questions qu’il faut se poser avant l’achat d’un vêtement, le choix du textile est essentiel. Chaque textile, selon ses consommations en eau et en produits chimiques, ou en carburant pour le transport, aura des caractéristiques environnementales différentes des autres. Il convient donc de faire un tour d’horizon de la production afin de repérer quelles matières sont les plus respectueuses de l’environnement.

Les principales matières naturelles

 

Le coton biologique

Le coton, une fibre polluante

Le coton est une fibre végétale qui entoure les graines des cotonniers. Très appréciée pour sa longueur, sa finesse et sa douceur, c’est la fibre naturelle la plus produite dans le monde représentant à elle seule près de la moitié de la consommation mondiale de fibres textiles. Le cotonnier est une plante tropicale, sa culture réclame donc de la chaleur et beaucoup d’eau. Cela en fait le troisième consommateur d’eau d’irrigation dans le monde après le riz et le blé ! Et comme c’est aussi une plante fragile, de multiples traitements chimiques sont appliqués à la plante lors de sa culture pour lutter contre les différentes espèces d’insectes, de champignons et de virus qui peuvent l’attaquer. Plusieurs types de coton transgéniques ont également été développés pour résister aux pesticides. Pour toutes ces raisons, la culture du coton a un impact désastreux pour l’environnement.

Le coton biologique, une alternative crédible

Le coton biologique est cultivé en utilisant des méthodes limitant l’impact négatif sur l’environnement et l’utilisation d’OGM Les systèmes de production biologique maintiennent la fertilité des sols, réduisent l’utilisation de pesticides et d’engrais toxiques et contribuent à maintenir une agriculture diversifiée. Comme c’est le cas dans l’alimentation, divers organismes de certification vérifient que les producteurs de coton biologique n’utilisent que des méthodes et des produits autorisés.

Le lin

Le lin est un textile fabriqué à partir des fibres de la plante de lin. La fibre est très résistante, absorbante et sèche plus rapidement que le coton. En raison de ces caractéristiques, les vêtements en lin sont appréciés pour être confortables à porter par temps chaud. Les textiles en lin semblent être parmi les plus anciens du monde : leur histoire remonte à plusieurs milliers d’années.

Le lin a moins d’impact sur l’environnement que le coton car il nécessite moins d’eau pour leur culture, et a tendance à pousser dans des conditions parfois sèches, sans avoir besoin d’engrais chimiques et de pesticides. Un partie important de sa culture se fait en Europe, ce qui réduit la pollution liée au transport.

Le chanvre

Tout comme le lin, le chanvre est un textile intrinsèquement écologique. En tant que plante biodégradable qui ne nécessite pas d’irrigation ou de traitements phytosanitaires, la culture du chanvre est excellente est facilement adaptable à tous les types de sols. Le chanvre est apprécié des producteurs biologiques car il laisse un sol d’excellente qualité et sans mauvaises herbes à la fin de chaque saison.

La laine biologique ou certifiée

Laine

La laine, comme tout produit d’origine animale, affecte l’environnement lors de sa production. Mais une partie de l’industrie s’est structurée pour rendre cette filière plus durable. Les moutons font partie du cycle naturel du carbone, consommant le carbone stocké dans les plantes et le convertissant en laine. Cinquante pour cent du poids de la laine est du carbone organique pur. Les produits en laine ont une longue durée de vie que ceux fait avec la plupart des autres textiles. Ils ont tendance à être lavés moins fréquemment à des températures plus basses, ce qui crée un impact moindre sur l’environnement.  La laine est également facilement recyclable : avec une part de marché de 1,3% de toutes les fibres textiles, la laine représente 5% de part de marché des fibres recyclées. Enfin, elle se dégrade facilement, et en tant que fibre à base de protéines, la laine ne contribue pas à la pollution microplastique.

La laine certifié ou biologique sont à privilégier pour un meilleur impact environnemental.

Les autres matières naturelles

Il existe de nombreuses autres matières naturelles respectueuses de l’environnement. Parmi elles, nous pouvons citer la fibre de lait, la fibre d’ananas ou encore le cuir de champignon.

Les matières recyclées

Upcycling

La mondialisation a permis la production de vêtements à des prix de plus en plus bas, incitant grandement à la surconsommation. A cause de ce processus, le recyclage des textiles est devenu un enjeu clé pour la réduction de nos déchets.

De plus en plus de nos vieux vêtements sont collectés auprès de différents organismes, puis triés et traités en fonction de leur état, de leur composition et de leur valeur de revente. Si certains sont directement réutilisés tel quels, d’autres sont découpés, broyés et défibrés afin de réutiliser les fils qui composent le tissu. Qu’elles soient d’origine naturelle ou synthétique, les fibres recyclées détiennent toujours un avantage écologique puisque la matière est directement réutilisée sans engendrer de répercussions environnementales liées à leur culture ou à leur production.

De plus en plus de marques ont adopté cet effort de recyclage et annoncent désormais haut et fort quand leurs produits sont fabriqués à partir de matières recyclées, répondant ainsi au attentes des consommateurs.

Coton recyclé

Comme nous l’avons vu précédemment, la culture du coton est gourmande en eau. Certaines études estiment qu’il faut en moyenne 11 000 litres d’eau pour produire 1 kilo de coton. Le recyclage du coton permet de réduire drastiquement cette consommation d’eau, parfois jusqu’à 98%. Lorsque les tissus en coton sont récupérés, la fibre est déconstruite pour en faire une nouvelle. Elle est ensuite broyée et filée afin de devenir une nouvelle fibre en coton recyclé, qui peut ensuite être tissée, et utilisée pour créer de nouveaux vêtements.

Polyester recyclé

Le polyester est une fibre synthétique à base de pétrole très utilisée dans l’industrie de la mode. Malgré la grave pollution causée par l’utilisation des matières premières, ce textile peut être facilement recyclé. La fibre de polyester recyclée, issue des bouteilles en plastique, est de plus en plus présente sur le marché. Elle donne une seconde vie à un matériau qui n’est pas biodégradable et qui se retrouverait autrement dans les décharges ou dans l’océan. Sa production utilise moins de combustibles fossiles, et exige moins d’eau et d’énergie que la production de fibres vierges.

Laine recyclée

La fabrication de laine recyclée, à travers la transformation de laine brute en fibres, consomme très peu d’énergie, d’eau et de produits chimiques. Afin de recycler la laine usagée, celle-ci est triée par couleurs sont triées avant d’être déchiquetée. Les couleurs sont ensuite mélangées sans l’usage de nouveau colorant afin d‘obtenir de nouvelles teintes. Les fibres sont ensuite transformées à nouveau en laine. C’est une technologie très ancienne, un peu laissée à l’abandon mais qui redevient à nouveau à la mode.

Econyl®

Econyl est une alternative au nylon fabriqué à partir de déchets. Normalement, le nylon a un impact environnemental considérablement néfaste, mais les créateurs d’Econyl cherchent à aider à réduire les effets de ce tissu sur l’environnement en utilisant des matériaux de base recyclés.
Econyl est une marque déposée de la société italienne de plastiques Aquafil. Cette société a également produit une variété d’autres textiles et plastiques industriels, mais elle est surtout connue pour développer le tissu Econyl. Inspirés par la crise environnementale provoquée par les fibres synthétiques, les créateurs d’Econyl ont cherché à imaginer une alternative au nylon qui ne nuit pas aux écosystèmes.

Matières Synthétiques et artificielles

Tencel ® Lyocell

Le Tencel® est une fibre de cellulose, qui est fabriquée en dissolvant de la pâte de bois et en utilisant un processus de séchage spécial appelé filage. Avant qu’il ne soit séché, les copeaux de bois sont mélangés avec un solvant pour produire un mélange humide. Le mélange est ensuite poussé à travers de petits trous pour former des fils, qui sont ensuite traités chimiquement et les longueurs de fibres sont filées en fil et tissées en tissu.

Selon Lenzing AG, la marque qui le frabrique, le Tencel a des caractéristiques d’absorption incroyables et est 50% plus absorbant que le coton. Parce qu’ils sont plus respirants et moins sensibles à la croissance des bactéries odorantes, ces tissus sont parfaits pour les vêtements de sport. Il est également utilisé dans la production industrielle pour d’autres produits, comme un type particulier de papier, des produits d’hygiène personnelle, des systèmes de filtration, des vêtements de travail ou du cuir synthétique.

Habits

Et maintenant ?

Bien sûr le choix du textile ne peut pas être le seul critère de sélection quand il s’agit d’achat de vêtements éco-responsables. L’enjeu n’est pas le même selon le type d’habit que l’on veut acheter, et les propriétés qu’on recherche. J’espère toutefois que ce panorama vous aura aidé à mieux comprendre les enjeux principaux liés à la consommation de produits textiles, et vous aura donné une bonne idée des matières à privilégier.