Quel est l’impact environnemental des trotinettes électriques ? - La Goose

Quel est l’impact environnemental des trotinettes électriques ?

De nombreux conducteurs basculent vers les solutions de mobilité verte afin de réduire leur empreinte carbone. Peu encombrantes, à priori non polluantes et assez rapides afin de gagner du temps en ville sans vraiment d’effort, les trottinettes électriques se présentent comme une bonne alternative aux transports classiques. Mais, les trottinettes électriques sont-elles vraiment efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique ? Voyons ensemble l’impact écologique des trottinettes électriques.

L’empreinte carbone d’une trottinette électrique

La trottinette électrique ne pollue pas durant son usage. En effet, elle n’émet aucun CO2, ni substance polluante pendant, sauf quelques particules lors du freinage. L’émission se produit à partir de la phase de charge de la batterie. Par conséquent, la trottinette devient polluante pendant le repos. Les trotinettes électriques compactes, comme celles que l’on trouve sur Gyro-Phare, auront un impact plus réduit par conséquent, car elles seront plus faciles à transporter.

Les trottinettes électriques n’ont pas de vies autonomes. Elles ne peuvent pas se déplacer toutes seules d’un point A à un point B. Il faut alors les transporter régulièrement afin de les mettre dans divers endroits stratégiques des villes. De plus, elles ont besoin d’être rechargées et le déplacement jusqu’aux bornes de recharge additionnée à la recharge elle-même, engendre un coût extrêmement élevé en termes d’environnement. En effet, 40% du total des 125 grammes est utilisé à cette gestion quotidienne. Contrairement à ce que l’on peut imaginer, l’impact environnemental des trottinettes électriques se joue principalement en amont, lors de la phase de construction. En intégrant l’extraction de métaux lourds, la fabrication de composants, les batteries, le transport, etc. en plus de l’énergie pour la recharge, on estime qu’une trottinette électrique émet jusqu’à 60 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre parcouru. Ce chiffre monte jusqu’à 150 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre pour les trottinettes électriques partagées en libre accès. Selon un article du Point, à Paris, les trottinettes électriques « partagées » auraient ainsi émis 13 000 tonnes de gaz à effet de serre supplémentaires par an.

About The Author

Répondre