Les énergies renouvelables connaissent une croissance sans précédent

Croissance historique des énergies renouvelables depuis 20 ans

L’évolution de la société humaine est très étroitement liée à la découverte d’énergie. En effet, l’homme a sans cesse cherché à améliorer son bien-être en apprenant à maîtriser le feu, la force de l’eau et du vent, ou encore à utiliser le bois, le pétrole et le charbon, … Aujourd’hui, les énergies renouvelables constituent déjà la deuxième source d’électricité au monde.

Le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie publié en mai 2021 montre que les énergies renouvelables ont augmenté en 2020 à un rythme jamais vu depuis deux décennies. En effet, l’Agence Internationale de l’Énergie estimait que le cumul des puissances électriques d’origines renouvelables dans le monde devait croître de 6% en 2020, mais avec une capacité de 167 GW, soit 13% de moins par rapport au bilan des installations de 2019.

Une plus forte hausse depuis 1999

En 2020, environ 280 GW de capacités supplémentaires de production d’énergie renouvelable ont vu le jour, soit 45% de plus par rapport aux nouveaux ajouts comptabilisés en 2019, selon l’AIE. C’est l’équivalent de la capacité totale des dix pays d’Asie du sud-est réunis dans l’ASEAN. Cette hausse annuelle historique est la plus forte depuis 1999. Elle est portée par l’accroissement de 114 GW des capacités dans l’éolien. C’est une hausse quasi double de celle de 2019 (+90%). Si l’AIE a prévu une augmentation des émissions de dioxyde de carbone en 2021, due à une augmentation parallèle de l’utilisation du charbon, elle estime que le taux de croissance enregistré en 2020 est destiné à devenir la nouvelle norme, avec environ 270 GW de capacité d’énergie renouvelable malgré une économie chinoise en ralentissement, mais devrait augmenter en 2021 et de près de 280 GW en 2022. La croissance de l’énergie éolienne devrait ralentir légèrement en 2021 et 2022, tandis que le solaire « continuera de battre des records », a indiqué l’agence.

La croissance de l’utilisation des énergies renouvelables en France

On a également constaté une hausse de l’utilisation d’énergies renouvelables en France. Vers la fin 2020, la puissance totale du parc électrique EnR-hydroélectricité, éolien, solaire photovoltaïque et bioénergies confondues a atteint 55 906 MW. Cela représente une augmentation de 2 039 MW en 2020, les secteurs éoliens et solaires représentant chacun 1 105 MW et 820 MW. Au cours de l’année 2020, les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 26,9 % à la couverture de la consommation d’électricité de France métropolitaine. On a ainsi constaté une hausse de près de quatre points par rapport à l’année précédente. Cette progression s’explique par une production renouvelable historique de 120,7 TWh, soit une hausse de 10,4% par rapport à 2019. Elle est également due par une baisse de la consommation du fait de la situation sanitaire. Afin d’atteindre l’objectif de la loi Énergie-Climat de porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique à 40% d’ici 2030, le réseau de transport et de distribution est en constante évolution pour permettre l’intégration de la production d’électricité renouvelable.

energie renouvelable solaire

La croissance des énergies renouvelables en Allemagne

Aujourd’hui, on mise de plus en plus sur le développement des ENR, ou énergies renouvelables. L’Allemagne a atteint un leadership technologique important dans ce domaine. L’objectif est de remplacer le pétrole par l’éolien, le solaire, l’eau, la géothermie, la biomasse et les biocarburants. Actuellement, 20% de l’électricité provient d’énergies renouvelables. L’objectif est de couvrir 25% de la production d’électricité, de chaleur, de carburants et de matières premières chimiques d’origine végétale. Cependant, délaisser le pétrole ne se limite pas au remplacement du pétrole par le biodiesel. Il faut en effet promouvoir toutes autres structures de répartition des sources d’énergie, d’organisation des transports et de production. Délaisser le pétrole est un projet très ambitieux, basé sur le principe de l’association entre performance et économie. En effet, la coopération internationale ne peut se limiter aux énergies renouvelables ou aux seules matières premières végétales. Il faut alors intégrer les questions d’efficacité énergétique et d’économies d’énergie au niveau national comme au niveau mondial. En 2020, un tiers des centrales électriques allemandes a été soit remplacées parce qu’atteintes par la limite d’âge, soit mises hors service en application de la loi sur la sortie du nucléaire. En Allemagne, la capacité de production à partir des énergies renouvelables a été multipliée par 2,5 en l’espace de quelques années. En 2020, les énergies renouvelables, le gaz, le charbon importé et le lignite constituent le mixte énergétique de l’Allemagne.

Croissance des énergies renouvelables : une hausse de 50% dans le monde d’ici 2024

Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie, la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique mondial va bénéficier d’une croissance importante. Grâce notamment à l’essor des installations photovoltaïques, la puissance électrique gagne ainsi 1.200 GW. Le 21 octobre 2019, l’AIE a publié un rapport portant sur les perspectives d’évolution des énergies renouvelables. Il montre que la capacité totale de ces sources d’énergie enregistrera une croissance stratosphérique de 50% d’ici 2024, portée par les installations photovoltaïques dites « décentralisées » ; en d’autres termes, ils sont implantés sur des habitations individuelles, des bâtiments tertiaires ou encore des sites industriels. Au niveau mondial, la hausse serait d’environ 1 200 GW, ce qui correspond à la capacité électrique américaine actuelle. Cette envolée est possible grâce aux réductions de coûts et aux politiques publiques menées en la matière. L’énergie solaire représente à elle seule 60% de cette augmentation. En conséquence, la part des énergies renouvelables dans la production totale d’électricité passera de 26% aujourd’hui à 30% d’ici 2024, contre 34% pour le charbon. Bien que le taux de croissance des énergies renouvelables ait ralenti en 2018, après 20 ans de croissance, et que l’AIE doive redémarrer l’année prochaine, la nouvelle augmentation projetée reste inférieure à l’effort mondial pour atteindre les objectifs fixés en matière d’énergie durable.

About The Author

Répondre